Rocky LinuxDans mon quotidien professionnel, j’installe régulièrement des postes de travail Linux pour des clients. Une telle configuration comporte toute une série d’opérations potentiellement chronophages :

  • Installer le système de base
  • Configurer le shell Bash : invite de commande, alias, locales, etc.
  • Peaufiner l’éditeur Vim
  • Configurer les dépôts de paquets officiels et tiers
  • Installer une panoplie d’outils en ligne de commande
  • Installer le serveur graphique X11 et l’environnement de bureau KDE
  • Installer une panoplie raisonnablement complète d’applications graphiques
  • Supprimer certaines applications inutiles
  • Installer les polices Microsoft et Eurostile pour une meilleure interopérabilité
  • Configurer le bureau KDE pour le rendre un peu plus ergonomique
  • Personnaliser les entrées de menu pour plus de lisibilité
  • Etc.

AstuceAu fil des années, j’ai écrit une série de petits scripts shell pour automatiser ces tâches. Et puis j’ai rassemblé tout cela en un seul script qui gère tout de A à Z. Oui, je sais que j’aurais pu me servir d’une plateforme de configuration comme Ansible, mais j’ai un faible pour le principe KISS et les scripts shell avec un os dans le nez.

Pour les impatients

Voici ce qu’il faut faire pour disposer d’un poste de travail Rocky Linux 8 KDE « aux petits oignons » :

  • Installer un système de base Rocky Linux 8
  • Installer Git : dnf install -y git
  • Récupérer le script : git clone https://gitlab.com/kikinovak/rocky-8-desktop
  • Changer dans le répertoire nouvellement créé : cd rocky-8-desktop
  • Exécuter le script : ./setup --setup
  • Boire un café en attendant que le script gère à peu près tout.
  • Redémarrer.

Rocky Linux 8 KDE

Détails techniques

Le script setup.sh fournit une série d’options dont voici les détails.

Configurer Bash, Vim et SSH :

# ./setup.sh --shell

Configurer les dépôts de paquets officiels et tiers :

# ./setup.sh --repos

Activer DeltaRPM et mettre à jour le système :

# ./setup.sh --fresh

Installer les groupes de paquets Core et Base ainsi que quelques outils supplémentaires :

# ./setup.sh --tools

Installer le système graphique X Window et l’environnement de bureau KDE :

# ./setup.sh --basic

Supprimer une série de composants inutiles :

# ./setup.sh --strip

Installer une panoplie complète d’applications graphiques :

# ./setup.sh --extra

Installer et configurer Flatpak :

# ./setup.sh --flats

Installer les polices Microsoft et Eurostile :

# ./setup.sh --fonts

Personnaliser les entrées de menu des applications :

./setup.sh --menus

Installer le profil par défaut du bureau KDE :

# ./setup.sh --kderc

Appliquer le profil par défaut aux utilisateurs existants :

# ./setup.sh --users

Exécuter d’une traite toutes les opérations ci-dessus :

# ./setup.sh --setup

Installer les applications qui nécessitent un lecteur/graveur optique :

# ./setup.sh --dvdrw

Afficher l’aide :

# ./setup.sh --help

Si vous êtes curieux de savoir ce qui se passe exactement sous le capot, vous pouvez très bien basculer vers une deuxième console virtuelle et afficher les logs à chaud :

# tail -f /var/log/setup.log

Discussion

Voici une série de remarques et de bonnes pratiques en vrac :

  • Partez d’un système minimal. Pas de serveur graphique, pas de GNOME, pas d’applications. Certes, le script fonctionnera très bien si vous l’exécutez sur une station de travail GNOME, mais vous vous retrouverez avec un menu encombré de toutes les applications GNOME.
  • Si vous disposez d’une carte graphique NVidia, installez le paquet nvidia-detect, lancez l’outil du même nom et installez le pilote propriétaire correspondant. Sous Rocky Linux, les pilotes NVidia sont fournis par les deux dépôts ELRepo et RPMFusion. Dans le doute, optez pour les pilotes de chez ELRepo, qui s’appellent tous nvidia-x11-drv-<version>xx.
  • J’ai peaufiné la configuration par défaut du bureau KDE pour le rendre plus ergonomique et plus intuitif. J’ai même ajouté un fond d’écran par défaut plutôt ennuyeux. Bien évidemment, vous êtes libres de peaufiner tout cela à votre guise.
  • L’option --menus remplace les entrées de menu par défaut par une série d’entrées plus lisibles. Je fournis des traductions complètes pour l’anglais, le français et l’allemand pour ces menus personnalisés.
  • Songez éventuellement à relancer ./setup --menus après une mise à jour.
  • La procédure a été dûment testée sur une série de machines virtuelles et réelles. Si vous l’utilisez chez vous et que vous rencontrez des problèmes, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires à cet article.

La rédaction de cette documentation demande du temps et des quantités significatives de café espresso. Vous appréciez ce blog ? Offrez un café au rédacteur en cliquant sur la tasse.

 


3 commentaires

Christian · 21 novembre 2022 à 12 h 20 min

Bonjour,
L’idée d’un poste de travail avec Rocky Linux et KDE est intéressante et rappelle votre création avant 2017 d’un poste Centos 7 avec Xfce que j’utilisais avec bonheur sur mon PC fixe.
J’ai suivi à la lettre votre tuto à deux reprises mais à chaque fois l’installation se poursuit sans problème mais le reboot ne se fait pas en mode graphique. Ai-je oublié une étape? Est-ce un bug? Quoi qu’il en soit je vais avoir besoin de votre aide.
CordialemenT.

Christian · 23 novembre 2022 à 18 h 36 min

Bonsoir,

Autant pour moi, j’avais complètement oublié qu’en version minimale l’installation ne se faisait pas en mode graphique.

Cordialement

    kikinovak · 23 novembre 2022 à 19 h 39 min

    Et pourtant le script prend en charge le passage à graphical.target. Jetez un œil dans /var/log/setup.log. Si quelque chose s’est mal passé, on le saura.

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *