DNSCet article décrit la mise en place d’un serveur DNS avec BIND sur un serveur dédié tournant sous Rocky Linux 8. Le système de noms de domaine ou DNS (Domain Name System) permet d’établir une correspondance entre les adresses IP et les noms de domaine. Le DNS évite ainsi d’avoir à se rappeler des adresses IP.

Prérequis

Dans le pare-feu, ouvrir le port 53 en TCP et en UDP pour les requêtes DNS :

# firewall-cmd --permanent --add-service=dns
# firewall-cmd --reload
# firewall-cmd --list-services
dns ssh

Installation

Outre le serveur bind à proprement parler, on installera le paquet bind-utils, qui fournit une collection d’outils comme dig, host et nslookup :

# dnf install -y bind bind-utils

Serveur cache DNS

La configuration par défaut fournie par Red Hat est déjà assez sophistiquée. On va la sauvegarder pour partir sur quelque chose de plus simple :

# cd /etc
# mv named.conf named.conf.orig

Éditer /etc/named.conf comme ceci :

// /etc/named.conf

options {
  directory "/var/named";
};

zone "." IN {
  type hint;
  file "named.ca";
};

include "/etc/named.rfc1912.zones";

Régler les permissions de ce fichier :

# chown root:named /etc/named.conf
# chmod 0640 /etc/named.conf

Activer et démarrer BIND :

# systemctl enable named --now

Vérifier si le service tourne correctement :

# systemctl status named
 named.service - Berkeley Internet Name Domain (DNS)
   Loaded: loaded (/usr/lib/systemd/system/named.service; enabled; vendor preset: disabled)
   Active: active (running) since Sat 2022-12-17 17:34:31 CET; 18s ago

Exécuter dig sur un domaine extérieur en vérifiant le temps de requête :

# dig redhat.com
...
;; ANSWER SECTION:
redhat.com.             600     IN      A       52.200.142.250
redhat.com.             600     IN      A       34.235.198.240
...
;; Query time: 908 msec
;; SERVER: 62.210.16.6#53(62.210.16.6)
;; WHEN: Sat Dec 17 17:37:17 CET 2022
;; MSG SIZE  rcvd: 71

Le temps de réponse devrait être bien plus court après une deuxième invocation de dig :

# dig redhat.com
...
;; ANSWER SECTION:
redhat.com.             536     IN      A       52.200.142.250
redhat.com.             536     IN      A       34.235.198.240
...
;; Query time: 0 msec
;; SERVER: 62.210.16.6#53(62.210.16.6)
;; WHEN: Sat Dec 17 17:38:21 CET 2022
;; MSG SIZE  rcvd: 71

Configurer la journalisation

Dans notre configuration actuelle, les logs inondent /var/log/messages. Pour éviter ça, on va configurer une journalisation propre à BIND en ajoutant la stance correspondante à /etc/named.conf :

options {
  directory "/var/named";
};

logging {
  channel single_log {
    file "/var/log/named/named.log" versions 3 size 2m;
    severity info;
    print-time yes;
    print-severity yes;
    print-category yes;
  };
  category default {
    single_log;
  };
};
...

BIND ne peut pas créer ce fichier à la volée. On va donc le faire à sa place, en attribuant les permissions correctes :

# mkdir /var/log/named
# touch /var/log/named/named.log
# chown -R named:named /var/log/named/
# chmod 0770 /var/log/named

Si l’on utilise SELinux en mode renforcé, il faut impérativement réétiqueter le répertoire /var/log/named et son contenu :

# restorecon -Rv /var/log/named
Relabeled /var/log/named/named.log from unconfined_u:object_r:var_log_t:s0 
to unconfined_u:object_r:named_log_t:s0

Recharger la configuration de BIND :

# systemctl reload named

Désactiver l’IPv6

Si l’on n’utilise pas l’IPv6, on peut désactiver le protocole en éditant /etc/sysconfig/named :

OPTIONS="-4"

Il faudra également ajouter une option à /etc/named.conf :

options {
  directory "/var/named";
  filter-aaaa-on-v4 yes;
};

Redémarrer BIND pour prendre en compte les modifications :

# systemctl restart named

Utiliser les DNS de base de chez Online

Online met à disposition deux serveurs DNS de base que nous allons utiliser de préférence :

options {
  directory "/var/named";
  filter-aaaa-on-v4 yes;
  forwarders {
    62.210.16.6;
    62.210.16.7;
  };
};

À partir de là, on pourra utiliser notre propre serveur cache DNS par défaut :

# /etc/resolv.conf
nameserver 127.0.0.1

Recharger la configuration de BIND :

# systemctl reload named

Serveur maître primaire

À présent, nous allons configurer BIND comme serveur maître primaire du domaine slackbox.fr. Le nom de domaine sera réservé au bureau d’enregistrement (registrar) BookMyName.com.

Pour ajouter une zone DNS à BIND afin de le transformer en serveur maître primaire, il faut tout d’abord indiquer l’emplacement du fichier de zone à /etc/named.conf. Pour plus de lisibilité, nous allons créer un fichier /etc/named.conf.local :

// /etc/named.conf.local 

zone "slackbox.fr" {
  type master;
  file "zone.slackbox.fr";
};

Le fichier named.conf.local aura les mêmes permissions que named.conf :

# chown root:named /etc/named.conf.local
# chmod 0640 /etc/named.conf.local

Éditer /etc/named.conf en incluant ce fichier :

zone "." IN {
  type hint;
  file "named.ca";
};

include "/etc/named.rfc1912.zones";
include "/etc/named.conf.local";

Le fichier /var/named/zone.slackbox.fr devra être édité comme ceci :

; /var/named/zone.slackbox.fr
$TTL 86400
$ORIGIN slackbox.fr.
@ IN SOA ns.slackbox.fr. hostmaster.slackbox.fr. (
   2022121701   ; sn
        10800   ; refresh (3 heures)
          600   ; retry (10 minutes)
      1814400   ; expiry (3 semaines)
        10800 ) ; minimum (3 heures)
        IN          NS      ns.slackbox.fr.
        IN          NS      nssec.online.net.
        IN          MX      10 mail.slackbox.fr.
slackbox.fr.        A       163.172.226.12
ns      IN          A       163.172.226.12
mail    IN          A       163.172.226.12
www     CNAME               slackbox.fr.

Définir les permissions qui vont bien.

# chown root:named /var/named/zone.slackbox.fr
# chmod 0640 /var/named/zone.slackbox.fr

Quelques remarques sur la syntaxe et les options utilisées :

  • La directive $TTL (Time To Live) définit le temps en secondes qu’un enregistrement pourra être gardé dans le cache par un autre serveur de noms.
  • La directive $ORIGIN définit le nom de domaine automatiquement ajouté à tous les noms de domaine incomplets (c’est-à-dire « non qualifiés ») définis dans un enregistrement DNS. Le nom de domaine est toujours un FQDN (Fully Qualified Domain Name) et se termine en conséquence par un point.
  • L’enregistrement SOA (Start Of Authority) définit les principales caractéristiques pour la zone ou le domaine avec un certain nombre de paramètres.
  • Le symbole @ se substitue à la valeur de $ORIGIN, concrètement à slackbox.fr.
  • IN définit la classe Internet. D’autres valeurs existent, mais elles sont rarement utilisées.
  • L’enregistrement NS définit le serveur de noms primaire pour la zone.
  • hostmaster.slackbox.fr définit l’adresse mail de l’administrateur de la zone. L’adresse hostmaster est recommandée, mais n’importe quelle adresse mail valide peut être définie ici. Étant donné que le symbole @ a une signification spécifique dans le contexte, on utilise les points comme séparateurs, ce qui explique la syntaxe bizarre. L’adresse mail définie ici est donc hostmaster@slackbox.fr.
  • 2022121701 définit le numéro de série associé à la zone. Par convention, on utilise le format AAAAMMJJSS. Le numéro de série doit impérativement être mis à jour à chaque fois que l’on modifie le domaine.
  • La valeur refresh contrôle la mise à jour des informations du serveur de noms esclave de la zone. Les valeurs typiques se situent entre 3 heures (10800) et 24 heures (86400).
  • La valeur retry définit le temps d’attente avant une deuxième tentative lorsque le serveur de noms esclave n’arrive pas à contacter le serveur maître pour rafraîchir les informations. Les valeurs typiques se situent entre 10 minutes (600) et 60 minutes (3600).
  • La valeur expiry définit le laps de temps au bout duquel les enregistrements de zone sont considérés comme ne faisant plus autorité. On choisira une valeur assez élevée, située entre une semaine (604800) à trois semaines (1814400).
  • La valeur minimum définit le laps de temps durant lequel des réponses négatives (NXDOMAIN) peuvent être gardées en cache par le serveur de noms esclave. Cette valeur se situera entre 0 et 3 heures (10800).
  • L’enregistrement NS (NS Resource Record) définit le ou les serveurs de noms pour le domaine ou la zone.
  • L’enregistrement A (A Resource Record) définit l’adresse IPv4 d’un hôte du domaine ou de la zone.

Vérifier la définition correcte de la zone :

# named-checkzone slackbox.fr /var/named/zone.slackbox.fr
zone slackbox.fr/IN: loaded serial 2022121701
OK

ImportantÀ chaque fois que l’on modifie le fichier de zone, on doit obligatoirement incrémenter le numéro de série. Ne pas oublier de recharger la configuration de BIND après chaque modification :

# systemctl reload named

Dans l’interface de gestion de BookMyName.com (entrée de menu Gérer), il faudra indiquer qu’on gère nous-mêmes notre propre DNS. Pour ce faire, cliquer sur le nom de domaine dans la liste des noms de domaine, puis sur Modifier dans l’entrée de menu Vos DNS. Notez que dans la deuxième ligne, l’adresse IP correspondant à nssec.online.net est facultative :

BIND DNS BookMyName

DNS secondaire

La présence d’un serveur DNS secondaire est nécessaire pour les noms de domaine en .fr. Ce n’est pas la peine de louer un deuxième serveur, Scaleway met gracieusement un DNS secondaire à disposition.

Dans la console Online, afficher les données du serveur. Dans le menu à gauche, cliquer sur DNS secondaires et définir une nouvelle entrée :

BIND DNS secondaire Online

Éditer /etc/named.conf.local et autoriser le transfert de la zone vers le DNS secondaire d’Online :

// /etc/named.conf.local 
...
zone "slackbox.fr" {
  type master;
  allow-transfer { 62.210.16.8; }; 
  file "zone.slackbox.fr";
};

Reverse DNS

Il ne reste plus qu’à configurer la recherche DNS inverse (reverse DNS). Pour une configuration correcte du serveur, il faut que son adresse IP pointe vers le résultat de la commande hostname --fqdn. En l’occurrence, nous devons faire pointer 163.172.226.12 vers sandbox-01.microlinux.fr. Là aussi, il faut se rendre dans la console Online > Liste de vos serveurs > Serveur > Réseau > Modifier les reverses et fournir le nom d’hôte souhaité. Pour la prise en compte des modifications, il faudra patienter un peu.

BIND DNS reverse Online

Quelques vérifications

Voici une série de commandes pour tester la configuration correcte d’un domaine. On procédera à ces vérifications sur le serveur aussi bien que sur une machine externe.

Configuration du DNS :

$ host slackbox.fr
slackbox.fr has address 163.172.226.12
slackbox.fr mail is handled by 10 mail.slackbox.fr.

Configuration du reverse DNS :

$ host 163.172.226.12
12.226.172.163.in-addr.arpa domain name pointer 
sandbox-01.microlinux.fr.

Nom d’hôte du serveur mail :

$ host -t mx slackbox.fr
slackbox.fr mail is handled by 10 mail.slackbox.fr.

Adresse IP du serveur mail :

$ host mail.slackbox.fr
mail.slackbox.fr has address 163.172.226.12


La rédaction de cette documentation demande du temps et des quantités significatives de café espresso. Vous appréciez ce blog ? Offrez un café au rédacteur en cliquant sur la tasse.

 

Catégories : Serveur

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *