BSDAvant même la naissance du noyau Linux et celle du projet GNU, la Berkeley Software Distribution est une variante d’Unix, développée par l’Université de Berkeley en Californie, à partir de la fin des années 1970.

AT&T vs. BSD

American Telephone & TelegraphContrairement au projet GNU, le système BSD contient du code écrit par les ingénieurs d’AT&T. Son développement rencontre un frein majeur au début des années 1990, lorsqu’AT&T intente un procès contre l’Université de Berkeley, pour violation de propriété intellectuelle.

Linus Torvalds déclarera plus tard que si le système BSD n’avait pas été empêtré dans ce litige – et si le projet GNU avait disposé à l’époque de son propre noyau libre – lui-même n’aurait jamais eu la motivation nécessaire pour écrire son propre kernel.

BSD finira par régler le problème en supprimant les parties incriminées de son code.

NetBSD, FreeBSD et OpenBSD

Systèmes BSDLes années 1993 et 1994 voient naître trois rejetons du système BSD : NetBSD, FreeBSD et OpenBSD. Ce sont là aussi des Unix libres, des cousins de Linux en quelque sorte, qui jouissent actuellement d’une popularité considérable, notamment sur les serveurs.

  • NetBSD met un point d’honneur à produire du code propre et portable sur un maximum d’architectures. Si votre grille-pain est doté d’un microprocesseur, NetBSD pourra probablement être installé dessus.
  • FreeBSD ne tourne pas sur autant d’architectures que NetBSD, mais c’est de loin le système BSD plus répandu. Il fait tourner les serveurs de quelques géants d’Internet comme Netflix, Sony et Yahoo. Sous le capot, le système d’exploitation macOS est essentiellement une adaptation de FreeBSD au matériel de l’entreprise Apple.
  • Quant à OpenBSD, c’est un fork de NetBSD avec un soin particulier apporté à la sécurité et la cryptographie intégrée.

Linux vs. BSD

Techniquement, ces systèmes BSD ne s’administrent pas de la même manière qu’un système GNU/Linux, mais ils gardent quand même un tronc commun de commandes Unix, de sorte qu’un administrateur venant de l’univers Linux ne se sentira pas complètement perdu sur un système FreeBSD ou NetBSD, un peu comme un Marseillais qui débarque sur la côte en Italie ne se sent pas totalement dépaysé. Il ne comprend pas la langue, mais beaucoup de mots lui semblent familiers et, du moment que le soleil et la mer sont toujours là, tout va bien.

FreeBSD

La licence BSD

Licence BSDLa différence fondamentale entre les systèmes BSD et Linux se situe plutôt au niveau de la licence. En schématisant, la licence BSD se résume en trois phrases.

  • Ne dites pas que c’est vous qui avez écrit le logiciel.
  • On n’y est pour rien s’il ne fonctionne pas chez vous.
  • Si ça vous chante, prenez le code et faites-en ce que vous voulez.

InfoCette licence est donc beaucoup plus permissive ou plus « libre », étant donné qu’elle inclut toutes les libertés, y compris celle de s’approprier le code en le cannibalisant.

 

Lire la suite : Choisir sa distribution Linux


La rédaction de cette documentation demande du temps et des quantités significatives de café espresso. Vous appréciez ce blog ? Offrez un café au rédacteur en cliquant sur la tasse.

 


2 commentaires

utux · 12 août 2022 à 13 h 15 min

Salut, quelques petites précisions (attention, pavé):

1) FreeBSD, NetBSD, OpenBSD, DragonflyBSD, sont tous des systèmes différents, qui n’ont pas les mêmes composants, pas le même userspace, pas le même kernel, pas les mêmes ports, pas les mêmes features, etc. C’est une différence majeure avec Linux et ses « distributions » qui utilisent au final les mêmes briques (elles sont juste pas packagées et supportées de la même manière).

Tu pourra installer Docker sous n’importe quelle distribution Linux, du moment que le noyau est compilé avec les bonnes options. En revanche, si tu veux utiliser les jails, tu sera obligé d’aller sur FreeBSD ou DragonflyBSD, les autres ne les supportent pas.

2) Le système de base inclus des composants indissociables. Par exemple dans FreeBSD tu as unbound, un resolveur DNS, et il sera mis à jour en même temps que l’OS. Les ports sont un projet à part, qui évoluent différemment. Par exemple si tu installe nginx à partir des ports, son cycle de vie sera indépendant du système, il pourra très bien être en rolling release.

C’est là aussi une différence avec Linux, où chaque composant est un package qui suit à peu près le même cycle de vie. Et c’est aussi une chose importante à comprendre pour OpenBSD, dont la « sécurité » mise en avant ne s’applique qu’au système de base et à ses composants intégrés, pas aux ports.

    kikinovak · 12 août 2022 à 16 h 01 min

    Merci pour ces infos intéressantes !

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.