Petit aperçu de la philosophie Unix

TerminalVous venez d’apprendre en tout et pour tout trois commandes et une poignée d’options. Peut-être sentez-vous monter en vous un vague sentiment de déception. C’est donc ça, Linux ? Des commandes qu’il faut taper fastidieusement dans une interface archaïque ?

Pour vous rassurer – et nous conforter dans notre démarche – je me permettrai de vous donner un exemple qui semblera familier à beaucoup d’entre vous. Imaginez que votre voiture tombe en panne un jour. Vous avez en gros deux possibilités pour la faire réparer.

  1. Vous la faites remorquer au garage Lapeau & Desfesses en ville. Un endroit très high tech avec beaucoup de chrome et de carrelage blanc, sans la moindre trace de cambouis ni de poussière. Les mécaniciens ressemblent à des ingénieurs en blouse blanche. Ils sont armés jusqu’aux dents d’ordinateurs portables et ne répondent à personne. Votre voiture est le seul objet sale dans cet endroit étincelant de propreté. L’ingénieur en chef dissimule à peine son dégoût, ouvre le capot et branche un câble dans une prise dont vous ignoriez l’existence jusque-là. Il retourne devant l’écran de son portable, clique sur une série de boutons dans son logiciel de diagnostic et vous annonce qu’il ne peut pas vous fixer un rendez-vous avant le début du mois prochain, mais qu’on peut déjà établir un devis.
  2. Vous décidez d’aller voir Tony, le mécanicien du village. En guise de bonjour, Tony vous présente son avant-bras à peine moins maculé de cambouis que ses mains. Il propose de s’occuper tout de suite de votre voiture, l’objet le plus propre dans tout le garage. Il ouvre le capot et contemple le moteur en sifflotant le refrain qui vient de passer à la radio. Puis il fouille dans sa boîte à outils et en extrait une clé tubulaire, un tournevis et une pince. À peine deux minutes plus tard, il vous annonce qu’il fallait juste nettoyer les bougies et refixer une durite qui s’était défaite. Il refuse de se faire payer malgré vos protestations réitérées.

Les commandes que nous venons d’apprendre sont certes aussi peu spectaculaires qu’une clé tubulaire, un tournevis ou une clé de douze. Vous serez d’ailleurs probablement surpris d’apprendre que ce sont des commandes Unix, le système d’exploitation dont Linux est un clone libre. Les principes de base d’Unix sont restés les mêmes pendant près de quarante ans. Douglas McIlroy, l’un des fondateurs d’Unix, a résumé la philosophie Unix en une série de trois impératifs catégoriques :

  1. Écrivez des programmes qui font une seule chose, et qui la font bien.
  2. Écrivez des programmes qui se combinent les uns avec les autres.
  3. Écrivez des programmes pour gérer des flux de texte, car c’est une interface universelle.

Même si vous n’avez pas l’intention d’écrire des programmes Unix (ou Linux), ces trois règles sont d’une importance capitale pour tout utilisateur de systèmes de cette famille. À partir du moment où vous maîtrisez ne serait-ce qu’une poignée de commandes Unix, vous apprendrez à les combiner pour résoudre les problèmes de manière efficace. Gardez ce principe à l’esprit lors de votre apprentissage, car nous verrons bientôt comment les tâches les plus complexes peuvent être décomposées en une série d’opérations simples.

Lire la suite…

Ce contenu a été publié dans Documentation Microlinux, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *