Orange, le Fournisseur d’Accès Incompétent

OrangeMon entreprise installe régulièrement des serveurs Linux pour des écoles, des associations et des entreprises de la région Languedoc-Roussillon. Je dois donc gérer la connexion Internet avec le FAI (Fournisseur d’Accès à Internet) du client. Depuis 2009, j’ai des problèmes à répétition avec le même FAI : Orange.

Ce matin encore, j’ai reçu un coup de fil d’un technicien Orange qui était en intervention chez un client à moi, un lycée agricole de la région à qui j’ai installé un serveur Linux en 2012. La machine fait office de passerelle/pare-feu, dans une configuration somme toute assez classique, qui ressemble de manière simplifiée à ceci.

Passerelle

Le serveur est doté de deux cartes réseau, une face à la LiveBox, une autre pour gérer le réseau local. Il gère les services DHCP et DNS via Dnsmasq, et il fait office de proxy filtrant transparent avec Squid et SquidGuard. La redirection des requêtes HTTP se fait de manière transparente via le pare-feu Iptables. Le rôle premier de cette machine, c’est le filtrage du Web pour le lycée.

Là, je viens de passer une demi-heure au téléphone avec le technicien Orange et le centre de production Orange. Le technicien aussi bien que le centre de production ânonnent inlassablement que « la LiveBox doit gérer le DHCP et le DNS du réseau ». Oui mais non.  J’ai beau leur expliquer que le serveur gère son propre sous-réseau, l’info ne semble pas passer.

Au bout d’une demi-heure d’un échange vraisemblablement inspiré par le théâtre absurde de Samuel Beckett ou d’Eugène Ionesco, j’ai fini par me rendre compte de tout ce que les techniciens et le centre de production Orange ne savent pas :

  • Orange ne sait pas ce qu’est une passerelle.
  • Orange ne sait pas ce qu’est un sous-réseau.
  • Orange ne sait pas ce qu’est le relais des paquets (Network Address Translation).
  • Orange pense que « DHCP » et « DNS » sont des composants spécifiques à leur LiveBox.

J’ai tiré les conclusions de cette mésaventure :

  • J’ai conseillé aux « techniciens » de chez Orange d’apprendre leur métier.
  • J’ai raccroché.
  • J’ai rappelé le client et je lui ai conseillé de résilier son abonnement Orange.
  • Je lui ai suggéré de choisir un FAI digne de ce nom, comme Nerim.
Ce contenu a été publié dans Divers, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.