Oracle LinuxOracle Linux 7 est un clone de Red Hat Enterprise Linux 7 au même titre que Springdale Linux 7, Scientific Linux 7 et CentOS 7. La raison d’être de ces distributions, c’est de fournir un système binairement compatible au système RHEL en amont (upstream).

Début décembre 2020, la distribution CentOS a décidé de ne plus suivre ce paradigme, ce qui a provoqué un tollé auprès des administrateurs système qui venaient de migrer leurs serveurs de production sous CentOS 8. Ce changement de cap inattendu m’a motivé à m’intéresser de plus près à la distribution Oracle Linux, que je trouve excellente en faisant fi de la réputation quelque peu problématique du distributeur. La question de la pérennité d’Oracle Linux a d’ailleurs été adressée dans le forum.

Le modèle économique adopté par Oracle pour sa distribution Linux est d’ailleurs exactement le même que celui de l’entreprise Canonical. Depuis 2006, Oracle Linux et Ubuntu LTS offrent une distribution serveur libre et gratuite et de qualité entreprise, avec la possibilité de souscrire à un contrat de support technique. La différence, c’est que Canonical se sert dans les dépôts de paquets de Debian Testing pour les adapter à ses besoins et fournir un support étendu, alors qu’Oracle préfère utiliser les paquets source de Red Hat Enterprise Linux comme point de départ pour sa distribution.

D’un point de vue purement technique, la principale différence entre tous les clones de Red Hat Enterprise Linux, c’est la configuration des dépôts de paquets pour Yum. Une fois que toutes vos sources de téléchargement sont en place, votre clone RHEL s’administre de la même manière que « the real thing« , à quelques menus détails près.

Les dépôts de paquets pour Oracle Linux 7 sont recensés sur cette page. Non, je ne vais pas tous les passer en revue. Plutôt dire un mot ou deux à propos de ceux dont je me sers au quotidien, et qui intéresseront particulièrement tous ceux et toutes celles qui migrent leurs serveurs de CentOS à Oracle Linux.

  • Les dépôts Latest et Optional Latest fournissent exactement les mêmes paquets que les dépôts Red Hat Enterprise Linux du même nom. Oracle suit de très près les développements de Red Hat, et la réactivité pour les mises à jour a toujours été supérieure à celle des autres clones comme CentOS ou Springdale Linux.
  • Le dépôt Addons fournit des paquets officiellement maintenus par Oracle, mais que l’on ne trouve pas dans les dépôts de Red Hat Enterprise Linux, comme Docker ou Kubernetes.
  • Le dépôt UEK Release 6 fournit le noyau (Unbreakable Enterprise Kernel) développé par Oracle pour sa distribution. C’est un noyau plus récent que celui de Red Hat, avec un focus sur la performance et la stabilité, et qui limite les rétroportages.
  • Le dépôt EPEL Packages est un clone maintenu par Oracle du dépôt EPEL (Extra Packages for Enterprise Linux). Pour ma part, j’utilise le dépôt original du projet Fedora sur mes serveurs. La version d’Oracle intéressera les administrateurs de serveurs qui doivent récupérer leurs paquets auprès d’une seule source de téléchargement, en l’occurrence yum.oracle.com.
  • De même, le dépôt Software Collection Library reprend le contenu des Software Collections de Red Hat, qui fournissent des versions plus récentes de briques logicielles populaires comme Apache, Nginx, PHP, etc. Notons que rien n’empêche d’utiliser les dépôts SCLO de CentOS sur un serveur Oracle. C’est d’ailleurs ce que je fais, pour la simple raison qu’ils sont un tout petit peu mieux fournis. Là encore, le dépôt fourni par Oracle intéressera les administrateurs de machines qui doivent pointer vers une seule et unique source de téléchargement.
  • Si vous avez besoin d’une version récente et stable de PHP (7.4.14 au moment où j’écris ces lignes), vous pouvez utiliser le dépôt PHP Packages maintenu par Oracle. À la différence des paquets PHP fournis par les Software Collections (qui sont préfixés rh-php7x et s’installent dans /opt pour éviter les conflits), les paquets de ce dépôt remplacent les paquets PHP initialement fournis par la distribution.

Pour en savoir plus sur la configuration concrète de tous ces dépôts avec les priorités qui vont bien, jetez un oeil sur cet article qui détaille la configuration post-installation d’Oracle Linux 7.


La rédaction de cette documentation demande du temps et des quantités significatives de café espresso. Vous appréciez ce blog ? Offrez un café au rédacteur en cliquant sur la tasse.

 


1 commentaire

Mat · 1 février 2021 à 15 h 54 min

Merci pour ce topo concis et bien annonté. Cette série d’articles au sujet de Oracle Linux est très intéressante, d’autant plus pour les personnes qui cherchent des alternatives à CentOS comme moi.

Répondre à Mat Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *