Oracle LinuxDepuis quelques années, la société Scaleway (anciennement Online) propose une gamme de serveurs dédiés à des prix extrêmement intéressants, notamment la Dedibox Start, qui vous permet de disposer d’un accès root sur votre propre machine pour une dizaine d’euros par mois. Cet article décrit de manière succincte l’installation et la configuration de la distribution Oracle Linux 7 sur une Dedibox de type Start-2-S et Start-1-L.

InfoOracle Linux ne fait pas partie des systèmes proposés par Scaleway. Nous allons donc procéder par l’installation d’une distribution CentOS que nous allons ensuite migrer vers Oracle Linux.

Choix de l’OS

Dans un premier temps, il faut procéder au choix de la machine et du système d’exploitation.

  1. Se connecter à la console d’Online : https://console.online.net.
  2. Ouvrir le menu Serveur > Liste des serveurs.
  3. Sélectionner la machine > Administrer > Installer.
  4. Distributions serveur > CentOS > CentOS 7 64bits > Installer CentOS.

Installation Dedibox

Partitionnement

Online propose un schéma de partitionnement par défaut, que nous allons modifier.

  1. Réduire la taille de la partition principale pour avoir un peu de marge.
  2. Augmenter la taille de la partition /boot : 500 Mo.
  3. La partition /boot sera formatée en ext2.
  4. Augmenter la taille de la partition d’échange en fonction de la RAM disponible.
  5. Remplir l’espace disponible pour la partition principale qui reste en ext4.

ImportantLe schéma de partitionnement proposé par défaut mérite une remarque. Online affiche une partition /boot d’une taille de 200 Mo par défaut. Or, depuis CentOS 7.5, la taille des images initrd (Initial RAM Disk) a considérablement augmenté. Le résultat de l’affaire, c’est une partition /boot saturée au bout de la deuxième mise à jour du noyau, et un serveur qui ne démarre plus en conséquence. J’ai signalé le problème à Online début 2018, mais apparemment ça ne leur fait ni chaud ni froid.

Voici ce que l’on obtient sur une Dedibox Start-2-S-SATA.

Partitionnement Dedibox

Sur une Dedibox Start-1-L-SATA, on aura quelque chose comme ceci.

Partitionnement Dedibox

Définition des utilisateurs

L’écran subséquent permet de choisir le mot de passe root, de définir un utilisateur « commun mortel » et de choisir un mot de passe pour cet utilisateur.

Installation Dedibox

ImportantL’installateur impose une limite de 15 caractères alphanumériques. Le cas échéant, on peut choisir un mot de passe provisoire ici et définir quelque chose de plus robuste à la première connexion.

Paramètres réseau

L’interface affiche ensuite un récapitulatif des paramètres réseau de la machine. On peut éventuellement noter ces paramètres pour les avoir sous la main.

  • Nom d’hôte
  • Adresse IP
  • Masque de sous-réseau
  • IP de la passerelle
  • DNS primaire et secondaire

Installation Dedibox

Installation de CentOS

Il ne reste plus qu’à cliquer sur Effacer l’intégralité de mes disques durs pour procéder à l’installation.

Installation Dedibox

L’installation du système initial dure une petite heure.

Installation Dedibox

Comptes et connexion

Mettre en place l’authentification par clé SSH pour travailler plus confortablement.

$ ssh-copy-id -i .ssh/id_rsa.pub microlinux@sd-100246.dedibox.fr

Dans la configuration par défaut, l’utilisateur initial créé par l’installateur ne peut pas utiliser la commande sudo.

$ su -
# usermod -aG wheel microlinux
# exit
$ exit

Redéfinir les mots de passe pour l’utilisateur initial et pour root.

$ passwd
$ sudo passwd root

Migrer vers Oracle Linux

Oracle fournit un script de migration automatique centos2ol.sh qui permet de transformer à la volée un système CentOS existant en un système Oracle Linux. Le script est rangé dans un dépôt Github, il nous faut donc installer l’outil correspondant.

$ sudo yum install git
$ git clone https://github.com/oracle/centos2ol

Exécutez le script.

$ cd centos2ol/
$ sudo ./centos2ol.sh -rV
  • L’option -r remplace tous les paquets CentOS par des paquets Oracle.
  • L’option -V vérifie les informations RPM avant et après la migration.
  • L’opération dure près de 45 minutes sur une Dedibox Start SATA.

Au terme de la migration, il suffit de redémarrer.

$ sudo reboot

Faites le ménage dans les dépôts désactivés.

$ sudo rm -f /etc/yum.repos.d/*.disabled

Affichez les paquets qui n’appartiennent à aucun dépôt d’Oracle.

$ yum list extras

Supprimez ces paquets.

$ sudo yum remove centos-indexhtml kpatch

Notre installation minimale d’un serveur Oracle Linux 7 est terminée. La configuration post-installation de ce serveur fera l’objet de notre prochain article.


La rédaction de cette documentation demande du temps et des quantités significatives de café espresso. Vous appréciez ce blog ? Offrez un café au rédacteur en cliquant sur la tasse.

 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *