Monsieur le Président de la République,

Permettez tout d’abord que je vous tende ma carte de visite. Je m’appelle Nicolas Kovacs, je suis autrichien, j’ai cinquante-deux ans, et je vis en France depuis 1991. Installé dans un petit village du Gard, j’ai créé mon entreprise de services informatiques Microlinux en 2009.

Emmanuel Macron - RévolutionLors des dernières élections présidentielles dont vous êtes sorti vainqueur, j’avais acheté votre livre Révolution – C’est notre combat pour la France. J’avais lu et relu attentivement cet ouvrage, crayon en main. En tant qu’entrepreneur, certains points de votre programme m’interpellaient, notamment ceux ayant trait à la formation professionnelle. Voici un des passages que j’ai relevés. Il se trouve à la page 255, dans le chapitre Rendre le pouvoir à ceux qui font.

Être efficace, c’est en finir avec le bavardage législatif. […] Ce vieux réflexe français, qui consiste à faire de tout sujet une affaire de règle ou de droit, est devenu insupportable.

Si je me permets de m’adresser à vous aujourd’hui, c’est au sujet d’un de ces bavardages législatifs, la création du Data Dock dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle. Cette réforme consistait peu ou prou à rendre caduque toute formation qui n’était pas certifiante. Étant donné qu’il s’agissait là de près de 90% des formations existantes, il en résultait que des milliers de formateurs indépendants en France ont dû mettre la clé sous la porte. Je me permets d’affirmer que cette réforme est une usine à gaz bureaucratique qui a pour conséquence de faire couler la plupart des entreprises de formation. Elle aura au moins le mérite d’assurer un poste à tous les fonctionnaires qu’il a fallu embaucher pour gérer la montagne de paperasse administrative ainsi engendrée.

Monsieur le Président, j’ai une suggestion très concrète à vous soumettre. De grâce, réformez ou supprimez le Data Dock. Cette mesure ne coûterait rien à l’État, et elle simplifierait la vie aux milliers de formateurs indépendants de France et de Navarre. En passant, elle permettrait à votre gouvernement de supprimer des postes de fonctionnaires. Vous pourriez ainsi réinvestir cet argent en renforçant les moyens de ceux qui sont effectivement indispensables pour faire fonctionner ce beau pays, comme les soignants, les enseignants, les fonctionnaires de police et de justice, etc.

Je me permets un instant de revenir sur mon parcours de micro-entrepreneur. En 2008, alors que je rencontrais des difficultés à trouver du travail dans une région notoirement sinistrée par le chômage, l’idée de créer mon propre emploi a commencé à germer progressivement dans un coin de ma tête. Créer une entreprise informatique spécialisée dans le logiciel libre (Linux), et qui installerait aux professionnels et aux collectivités locales de la région des réseaux informatiques ultra-sécurisés et ultra-stables, à coût réduit. Ce qui a été déterminant pour moi, c’était le statut d’auto-entrepreneur (au temps où celui-ci ne s’appelait pas encore « micro-entrepreneur ») nouvellement instauré par le gouvernement de l’époque, notamment la simplification des démarches administratives par rapport aux statuts classiques trop contraignants pour tout créateur d’entreprise de taille modeste. Mon entreprise informatique Microlinux a été créée le 3 août 2009. Un grand pas pour moi, un petit pas pour l’humanité.

Nicolas Kovacs

Ces premières années « d’amorçage de pompe », j’ai travaillé sept jours sur sept, soixante-dix heures par semaine en moyenne, j’ai fait une croix sur les jours de repos, et si je n’ai pas jeté l’éponge, c’est que je dois beaucoup à ma ténacité habituelle. Aux alentours de 2013, ces efforts ont commencé petit à petit à porter leurs fruits, et j’ai pu considérer sans fausse modestie que mon entreprise était un succès, pour plusieurs raisons.

  • L’entreprise existait encore et n’avait pas fait faillite.
  • Une fois payées les charges, j’arrivais à payer mon loyer et mes factures et à remplir le frigidaire. Je ne pouvais rien économiser, certes. Mais c’était déjà pas mal.
  • J’étais mon propre patron, et je faisais un travail qui me passionnait.
  • Petit à petit, j’arrivais même à me libérer une journée le weekend pour aller faire une randonnée ou un peu d’escalade.

FormationDepuis sa création, Microlinux est également organisme de formation professionnelle. Avant la réforme, la formation continue constituait une part significative de mon activité, environ un tiers, avec des variations selon les années. Je suis également auteur d’une série d’ouvrages informatiques pour l’éditeur Eyrolles, le plus grand éditeur d’ouvrages techniques en France, sous le nom de plume « Kiki Novak ». Mes stagiaires, jusque-là, étaient le plus souvent des salariés d’associations ou de PME de la région, qui mettaient à profit leur DIF (Droit Individuel à la Formation) pour suivre une formation en Administration Linux.

L’instauration du Data Dock a mis un terme au bon déroulement des formations existantes, en venant mettre des bâtons dans les roues d’honnêtes entrepreneurs indépendants. La nouveauté, c’est que le DIF (Droit Individuel à la Formation) ne s’appelait plus DIF mais CPF (Compte Personnel de Formation). En soi, le Compte Personnel de Formation n’était pas une mauvaise idée, puisqu’il était désormais possible de cumuler les heures de formation d’année en année, et même de contrat en contrat.

MouetteMalheureusement, en pratique, toutes ces heures cumulées ne servaient plus à rien pour la plupart des organismes de formation, étant donné que toutes les formations devaient désormais être obligatoirement certifiantes. Le gouvernement de François Hollande avait certes cherché à supprimer des formations qu’il considérait comme trop récréatives, comme les cours de poterie ou les stages de relaxation. Le problème, c’est qu’il a par là même vidé l’eau du bain avec l’enfant, puisque les formations non certifiantes – c’est-à-dire l’écrasante majorité des formations en France – sont ainsi toutes passées à la trappe. Dans le secteur numérique, par exemple, ce sont toutes les formations autour du référencement, des blogs professionnels, de la retouche d’images, les formations pratiques autour de Photoshop, de la suite Adobe, d’AutoCAD, les formations bureautiques autour des suites Office, ou encore les formations d’administration des réseaux informatiques, des serveurs en général et de Linux en particulier, etc. Tout cela a été balayé par le tsunami ravageur de la réforme du Data Dock. Des milliers de formateurs indépendants ont dû se résoudre à fermer boutique à cause de cette réforme, étant donné que toutes ces formations ne sont désormais plus prises en compte dans le cadre du CPF et que pratiquement aucun stagiaire n’a les moyens de les financer intégralement. Mon entreprise survit tant bien que mal depuis cette réforme, étant donné que je ne peux actuellement plus dispenser de formations.

CertificationPermettez-moi une métaphore gastronomique. C’est un peu comme si l’État annonçait haut et fort sa détermination à lutter contre le chômage dans le milieu de la restauration en obligeant tous les restaurateurs, les cuisiniers de cantine et les pizzaïolos de France et de Navarre à arborer une étoile Michelin pour pouvoir exercer leur profession. Les détracteurs rétorqueraient que la recherche de la qualité constitue une incitation louable pour les professionnels. La pratique montrerait qu’une telle réforme profiterait avant tout aux restaurants trois étoiles. Ou alors, pour revenir à nos moutons, aux grandes entreprises de formation établies, qui ont l’habitude de payer leurs formateurs au lance-pierres. J’en sais quelque chose, pour avoir moi-même enseigné dans de telles conditions. Il y a comme une odeur de lobbying dans l’air.

CriseAvant cette réforme, près de 800.000 formations par an étaient prises en charge dans le cadre du DIF. L’année suivant la réforme, on est passé à un total de 86.000 formations par an (Source : cpformation.com). Je ne vois que deux interprétations possibles. Soit les français ont subitement besoin de dix fois moins de formations. Soit l’État a tout simplement détruit le secteur de la formation indépendante.

Phobie administrativeCe démantèlement semble aller de pair avec une dématérialisation de ses services administratifs, confrontant les usagers à une expérience de déshumanisation totale. Les portails Web mis en place constituent ainsi un amalgame déplaisant de rigueur administrative et de flou artistique. Des pages web au visuel certes agréable, mais dont le contenu suit une logique de navigation pour le moins erratique. Des sites entiers dépourvus de la moindre rubrique d’aide, sans la moindre adresse de contact, sans le moindre numéro de téléphone. Par-ci par-là, des liens vers des documents PDF sans le moindre commentaire. Les documents officiels étant, quant à eux, le plus souvent rédigés non pas en français, mais en hexagonal.

Don QuichotteAlors non, je n’ai pas les moyens d’embaucher une équipe pour se pencher plusieurs semaines durant sur les innombrables formalités de certification de mes formations. Je ne suis pas Don Quichotte, je n’ai pas de temps à perdre à me battre contre les moulins à vent de l’administration française, ni sauter à travers les cerceaux en feu qu’elle me tend. Il y a des jours où je me demande si je ne vais pas tout bonnement faire couler mon entreprise et revenir à la case départ en me mettant au chômage. J’aurais enfin le temps de bouquiner, de faire de l’escalade trois ou quatre fois par semaine, ou de découvrir les nombreux parcours VTT de la région. Peut-être m’inscrire à un cours de poterie ou un stage de relaxation.

ExtincteurDepuis l’instauration du Data Dock, je suis contacté régulièrement par des entreprises un peu partout en France, pour effectuer une formation Administration Serveurs Linux. Malheureusement, je ne peux pas effectuer ces formations. Non pas que je n’aie pas les compétences, mais tout simplement parce que mon inscription au Data Dock n’a été validée qu’à 50%, et ce malgré le fait que je m’y sois consacré plus d’un mois, à l’exclusion de toute autre activité. Pour vous donner un exemple parmi d’autres, je n’ai pas le droit de former des gens dans une salle de formation à Paris parce que mon bureau à Montpezat dans le Gard ne comporte pas d’extincteurs. Ce texte est déjà bien long, et il risque de l’être beaucoup plus encore si je commence à énumérer toutes les aberrations bureaucratiques auxquelles on se retrouve confronté lorsqu’on essaie de s’inscrire au Data Dock.

Monsieur le Président, je vous invite à repenser la formation professionnelle en simplifiant ou en supprimant le Data Dock. Cette mesure permettrait de préserver et/ou de (re)créer des dizaines de milliers d’emplois dans ce secteur d’activité.

Salutations citoyennes,

Nicolas Kovacs

Catégories : Actualités

1 commentaire

molotov · 12 mars 2020 à 10 h 03 min

Le normatif et la mise en conformité ne servent qu’à renforcer les structures oligarchiques. Elles ont pour but de tuer les petites structures concurrentes et c’est valable dans tous les secteurs. Plus le vrai argent sera rare, plus il sera rationalisé.

Répondre à Nicolas K. Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *