Console de secoursDans notre précédent article, nous avons vu en détail l’utilisation de la console de secours de Rocky Linux pour les opérations de maintenance. Cette façon de procéder nécessite un accès physique à la machine. Aujourd’hui nous nous intéressons à l’utilisation de la console de secours pour les serveurs dédiés, c’est-à-dire des machines qui tournent dans un datacenter à des centaines de kilomètres et auxquelles nous n’avons pas physiquement accès.

Tous les serveurs dédiés de mon entreprise tournent chez Scaleway (anciennement Online). Il s’agit d’une panoplie de machines de type Dedibox allant de la gamme Start à la gamme Pro. Les explications fournies dans cet article seront donc spécifiques à ce fournisseur.

Sur un serveur dédié, la console de secours pourra nous être utile pour toute une série de manipulations.

  • dépanner un système qui ne démarre plus
  • reprendre la main sur un système injoignable à distance
  • récupérer les données après un crash
  • cloner et restaurer un système
  • etc.

Voici comment il faut procéder pour démarrer le système de secours chez Scaleway.

  • Connectez-vous à la console Online.
  • Ouvrez le menu Serveur > Liste des serveurs.
  • Sélectionnez la machine > Administrer > Secours.
  • Sélectionnez un système d’exploitation > Ubuntu 18.04 LTS.
  • Cliquez sur Lancer le système de secours sur votre Dedibox.
  • Attendez cinq bonnes minutes.

Console de secours Scaleway

Le cas échéant, supprimez la clé publique locale stockée dans votre fichier ~/.ssh/known_hosts, faute de quoi votre client SSH protestera vigoureusement.

$ ssh-keygen -R 51.158.146.161

Ensuite, ouvrez une connexion SSH avec les paramètres affichés.

$ ssh microlinux@51.158.146.161

Vous pouvez acquérir les droits de root avec le mot de passe de l’utilisateur initial.

$ sudo -s

Console de secours Scaleway

Une fois que l’intervention est terminée, cliquez sur Repasser en mode normal.


La rédaction de cette documentation demande du temps et des quantités significatives de café espresso. Vous appréciez ce blog ? Offrez un café au rédacteur en cliquant sur la tasse.

 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *